C’est grave docteur la glycophilie ?

Le Coq a testé pour vous un glycophile...



La Glycophilie??? Grave maladie???

C’est ce que nous pourrions nous dire lorsque l’on entend ce terme quelque peu barbare, sur le trottoir rue Clemenceau ou bien sur la place du marché le vendredi.

La mission du Coq est bien sur de vous informer, mais aussi de vous rassurer, et dans le cas présent inutile de vous précipiter chez votre médecin pour vous faire vacciner.

Notre cher «malade» qui se nomme Emmanuel demeure à St Genis depuis déjà quelques années et il «souffre» d’un «mal» bien sympathique...

En effet, Emmanuel est un collectionneur averti... Son centre d’intérêt c’est le sucre... Pas dans les urines, seulement en poudre dans un sachet ou en morceaux.

Les symptômes…

Malade cet homme ?
Malade cet homme ?
Comment a-t-il «contracté» cette «fièvre»?...
C’est simple, à l’époque de l’adolescence il est «atteint» du «virus» de la collection en tout genre : portes-clef, timbres et même des boutons… sur la figure... Cela est plus commun me direz vous. Alors qu'un de ses amis décide lui de se « soigner » en arrêtant sa collection de sucre, Emmanuel pas encore au courant des conséquences, récupère cette même collection pour se lancer à son tour dans l’aventure sucrière !!

Ce qui a intéressé Emmanuel et ce qui continue de le motiver dans cette quête, c’est l’absence de valeur marchande... A l’inverse du timbre, pour ne pas le nommer ou certains de ces petits rectangles de papier peuvent atteindre des sommets en matière de prix.

Pas d’argent entre nous …

Au choix en poudre ou en morceaux...
Au choix en poudre ou en morceaux...
Les échanges, puisqu’il s’agit uniquement d’échanges, se font sur l’aspect sentimental que peuvent avoir les possesseurs du sachet ou des morceaux convoités. La négocation intervient ensuite pour trouver le bon arrangement entre collectionneurs.

Le club des glycophiles Français compte environ 600 adhérents sur le territoire. Des échanges sont régulièrement organisés dans tous le pays; une revue trimestrielle renseigne même les adhérents sur les différentes manifestations et apporte aussi aux passionnés des informations de toute nature.

Emmanuel fait évoluer sa collection grâce à l’apport de nouvelles pièces glanées ça et là mais aussi grâce à son entourage, qui lui récupère tout emballage contenant bien sur du sucre.


Comme toute collection digne de ce nom, le temps est un des éléments de réussite. Mais Emmanuel en bon ingénieur qu’il est, sait gérer passion et vie de famille. Françoise, son épouse accepte bien volontiers cette tranche de vie de son mari. Seul bémol... La place !!! Et oui quant on doit stocker 150 kilos de sucre dans un appartement la cuisine n’y suffit plus !!

Y pas du «psychologique» là dessous ??

C’est grave docteur la glycophilie ?
Alors, on peut se dire que si le sucre n’est pas consommé, pourquoi le collectionner aujourd’hui?... Pas pour spéculer financièrement, nous en sommes d’accord... La raison est plus simple pour Emmanuel, il s'agit en fait de laisser à sa descendance, cette collection comme un témoin. A charge pour ses enfants de la poursuivre ou pas. Il s'agit également pour notre glycophile de léguer une autre partie de sa personnalité, peut être moins connue par ses proches.

En conclusion il existe des collections bien plus prestigieuses mais en tous cas celle d’Emmanuel est certainement la plus originale. Je pense d'ailleurs que rien ne pourra l’arrêter dans sa quête.

Si vous êtes intéressé par ce type de passe temps nous vous communiquons les coordonnées du club pour que vous puissiez vous renseigner pour devenir à votre tour un bon glycophile.



Club des Glycophiles Français
M. Claude Nouvel
43 rue Jules Lagaisse
94400 Vitry sur Seine
Tel. : 01.46.71.77.09
http://clubglycophiles.free.fr

Lundi 12 Décembre 2005
Jean Yves Morelle


1.Posté par VERNE Martine le 05/12/2005 18:20
J'habite ST Genis Laval et je collectionne TOUT ce qui se rapporte aux tortues:objets,timbres,sucres,cartes de restaurants,télécartes,cartes postales,pins....j'ai des tortues à échanger et de nombreux SUCRES à offrir à ceux qui voudraient faire des échanges avec moi
Comme Emmanuel ce n'est pas la valeur marchande qui m'attire mais la quête de la tortue rare.
J'ai bien aimé votre article,je m'y suis reconnue!

2.Posté par didier le 07/12/2005 20:09
Bonjour,

Je suis un proche de Manou et il nous a entrainé dans sa collection. Grâce à lui, je bois le café sans sucre, le précieux petit sachet glisse dans ma poche. Dans les cafés ou arrêt d’autoroute, c’est l’expédition pour récupérer la collection complète des morceaux ou sucres (fleurs, monuments, soldats ..) Des approches furtives vers le comptoir pour fouiller rapidement le panier à sucres. D’abord d’un regard musclé, puis discrètement la main s’abat sur le tas convoité et hop , deux poignées de petits sacs dans la poche. On s’éloigne dans un coin de la salle, on analyse le butin, on trie, on écarte, on garde. Et on retourne au comptoir pour remettre les doubles, et on recommence. Tout cela sous les regards médusés des clients. On passe pour un fou, méticuleux, radin, consciencieux. Mais qu’elle victoire lorsqu’on apporte notre butin à Manou, qui d’un œil expert analyse votre pèche et vous dit, « ça j’ai, ça j’ai, ça j’ai, ça j’ai, bon y’a que celui là que j’ai pas »
Que celui là ! 1 seul. Mais ce n’est pas grave, il est content et je suis content quand il est content. Les amis c'est comme ça.

3.Posté par Ducreuzet Isabelle le 07/01/2006 08:51
Je suis la soeur de Manou...
Mon frère je l'emporte partout avec moi en voyage, dès que nous nous arrêtons dans un café, il y a toujours une petite pensée pour lui. Mes enfants se jettent sur la tasse a café qu'apporte le serveur en s'écriant "c'est pour tonton Manou!". Plus d'une fois j'ai eu peur que mon fils de 5 ans ne renverse la dite tasse. J'ai toujours des sucrettes dans mon sac, car contrairement à ce cher Didier je n'arrive pas à boire mon café sans sucre. Aussi loin que je me souvienne, mon frère a toujours collectionné quelque chose, mais les sucres sont ses chouchous. Il est arrivé qu'il manque du sucre à la maison... Manou se dévouait pour aller voir si parmi ses doubles certains ne pouvaient être sacrifiés.
Voici quelques années j'ai dû être hospitalisée, il s'avère que le petit déjeuner de l'hôpital avait des sucres originaux et presque tous les jours différents. Je m'étais donné comme mission d'en récolter un maximum pour mon frère....Je demandais donc un supplément de sucre tous les matins aux infirmières. Le bruit à courru jusqu'au oreille du médecin chef, qui m'a réprimandé vivement en disant que je risquais de devenir diabétique. Que ne ferait-on pour faire plaisir ?

4.Posté par Verne Martine le 27/01/2006 18:32
je suis la collectionneuse de tortues de St Genis Laval,,j'ai des sucres à vous proposer comme je le disais dans mon message,,je recherche TOUT sur les tortues en échange.
Tortucalement

5.Posté par sallot bertrand le 29/11/2007 15:34
echange 8 kg de sucre annee 1970 contre capsule de champagne

region ile de france a plus




AFP des St Genois



Vos prochains évènements (CADEC)

A propos

La Voix du Coq, le magazine des Saints-Genois, vous est proposé
par Jean-Michel Salaud, Raphael Jimenez et Stéphane Gonzalez
en collaboration avec l'agence de communication interactive
Omaha-Beach.

Contact

Omaha-beach
SARL au capital de 30.000 €
Av. Marcel Mérieux - Park Avenir - 69530 Brignais
Tel : 04 78 05 45 98
contact@omaha-beach.fr