L'amour en cage - Dernier ouvrage de l'écrivain st genoise Maryvonne Rippert



L'amour en cage - Dernier ouvrage de l'écrivain st genoise Maryvonne Rippert
Avant de rencontrer Maryvonne, notre écrivain saint-genoise, voici la revue des Blog pour son dernier ouvrage destinée aux enfants : L'amour en cage, Maryvonne Rippert_Seuil jeunesse, coll. Chapitre - 90 pages - 7,50€_A partir de 10 ans.

Retrouvez notre dernier article sur Maryvonne : Meutre place Alsace-Lorraine...

Revue des blogs de libraires et bibliothécaires

L’amour en cage (http://blogclarabel.canalblog.com
« Allongé dans le pré encore tout vibrant au soleil du jeune printemps, Paul regarde la cime du peuplier et les nuages, édredons frangés d'or, qui traversent un ciel d'un bleu à croire en ses rêves. »
Apprendre à grandir, apprendre à accepter de laisser partir ce qu'on aime, apprendre tout court, toujours... L'amour en cage est ce petit roman qui vous dit tout, avec justesse, poésie, délicatesse et tendresse. Paul a onze ans, c'est un garçon de la terre, il vit à la ferme et il est fier de la tradition familiale. Au collège, pourtant, il comprend qu'être paysan passe pour une insulte. Il se renferme, puis se lie d'amitié avec Aïssatou qui arrive de Guinée. Elle est différente des autres, sa voix, son sourire, sa peau et ses baisers au goût de gingembre... C'est doux et velouté, comme un duvet d'oiseau.
Un jour, dans les champs, il a trouvé une petite pie qu'il décide d'apprivoiser. Mais plus le temps passe et plus Faranah manifeste le désir de voler toujours plus loin. Est-ce une preuve d'amour de retenir ce à quoi on tient, parce qu'on a peur, parce qu'on ne veut pas souffrir, parce qu'on prétend aimer, donc protéger ? Mais empêcher, ça n'est pas de l'amour. « Tu la perdras encore plus si tu l'empêches d'être libre... » C'est un avertissement, un signal qu'il ne faut pas mélanger l'amour et la liberté. Aimer, c'est aider. C'est pousser. C'est faire quitter le nid. C'est donner des ailes. L'amour ne se met pas en cage.
Voici l'exemple concret qu'un roman peut simplement, en 90 pages, raconter une histoire capable de déclencher un grand impact émotionnel. Absolument magnifique.
« Dès ta naissance, je savais que tu partirais, toutes les mères le savent. Elles l'acceptent, elles s'y préparent, c'est dans l'ordre des choses que les enfants ouvrent leurs ailes... »

L'amour en cage, Maryvonne Rippert_Seuil jeunesse, coll. Chapitre - 90 pages - 7,50€_A partir de 10 ans.

-------------------------------

04 novembre 2008
Gawou la libraire : http://gawoulameilleure.canalblog.com/tag/L'amour%20en%20cage
Paul a 11 ans et rentre au collège. Fils de paysan, il est bien vite surnommé "Pèque" (pour Pèquenaud). Lui qui croyait que le collège, dans une grande ville, ce serait le rêve, il tombe de haut. Le soir, il rentre vite chez lui, pour retrouver ses collines, sa campagne, sa solitude.
Il va tout de même se faire 2 amies durant cette année scolaire... Une pie, blessée, il la recueille, la soigne et ne veut plus s'en séparer, à tel point qu'il la mettra en cage quand elle sera totalement guérie. Et Aïssatou, elle vient de Guinée. Sa peau noire fait qu'elle aussi ne passe pas inaperçue au collège. Avec Paul, différent lui aussi de par ses origines campagnardes, le courant passe vite et une belle amitié naît. Mais Aïssatou repart en Afrique aux prochaines vacances d'été et Paul a bien du mal à se faire à cette idée.
Il va grandir durant cette année scolaire, non sans faire quelques bêtises, mais ce n'est pas sans heurts que l'on peut comprendre que "quand quelqu'un doit partir, si on l'empêche, c'est comme si on le tuait un peu".
Maryvonne Rippert parvient en peu de pages à aborder des questions aussi importantes que l'intégration scolaire, la vie à la campagne et à la ville, les préjugés et l'amitié, tout ça avec justesse. J'ai beaucoup aimé!
Parolimage
http://parolimage.centerblog.net/6471880-L-amour-en-cage--Maryvonne-Rippert
“L’amour en cage”, Maryvonne Rippert -Seuil Jeunesse, Chapitre

--------------------
L’amour se décline dans ce joli roman sous trois facettes.

Tout d’abord, l’amour de Paul pour une pie, tout petit oisillon, trouvée au au creux d’herbes sèches, . Saura-t-il lui rendre sa liberté le temps venu ?

L’amour de Lisa et Sylvain saura-t-il résister à l’éloignement de Lisa, la soeur tant aimée, qui veut poursuivre ses études pour devenir infirmière ?

Enfin, l’amitié naissante de Paul et d’Aïssatou parviendra-t-elle à défier la distance lorsque la famille de son amie retournera au Niger afin d’y travailler dans un dispensaire ?

C’est un texte ancré dans le monde rural, quelque part en Ardèche où les paysages se déploient à travers une écriture sensible et simple, émaillée de mots et d’expressions occitans.

"D’un pas vif, Paul grimpe vers le «pré du haut». Ses muscles se dénouent, il retrouve l'allure balancée du coureur de garrigue. Tout en marchant, il dévore les deux grosses tartines de pain beurré que sa mère lui a préparées.
L'air a encore un peu du piquant de l'hiver, mais il fait si beau que l'on pourrait presque voir les bourgeons éclater et les feuilles croître à vue d'oeil. Les ombres des amandiers s'étirent au flanc de la colline. Le soleil ne va pas tarder à se coucher. Paul s'assoit sous le peuplier, le «pibou» comme l'on dit en Ardèche en accentuant le i. Appuyé contre le tronc rugueux, le garçon domine son paysage. Au loin la vallée de Vignargue entrouvre l'étagement bleuté de ses collines, plus près, le coteau de vignes du Chapelier.”

Mais la confrontation aux autres, ceux de la ville, est une expérience douloureuse pour Paul. On le traite de “pequenaud”. L'amitié avec Aïssatou va l'aider à s'affirmer et au moment de leur séparation il aura grandi.

Sans en avoir l’air, Maryvonne Rippert aborde des questions essentielles : la liberté, le respect, la tolérance, l’amitié et l’amour.

D’une lecture agréable, ce récit décrit une famille aimante qui porte sur la vie un regard dont l’évidente sérénité a pris racine, il y a fort longtemps, depuis que les Sabatier ont planté leur bâton sur la terre ardéchoise, généreuses et rude, tout à la fois.

A recommander dès 9 ans

Lundi 26 Janvier 2009
stéphane gonzalez

Nouveau commentaire :




AFP des St Genois



Vos prochains évènements (CADEC)

A propos

La Voix du Coq, le magazine des Saints-Genois, vous est proposé
par Jean-Michel Salaud, Raphael Jimenez et Stéphane Gonzalez
en collaboration avec l'agence de communication interactive
Omaha-Beach.

Contact

Omaha-beach
SARL au capital de 30.000 €
Av. Marcel Mérieux - Park Avenir - 69530 Brignais
Tel : 04 78 05 45 98
contact@omaha-beach.fr